bg  en  fr
17|07|2018
Devant l'orage...


Les météorologistes ont prévu pour nous une pluie. Mais nous n'avons pas renoncé. Le matin nous sommes arrivés à Vélingrad. Heureusement il faisait beau. Nous avons plongé dans la piscine minérale avec un verre dans la main en attendant l'aventure promise. Pendant que nous avons déjeuné en admirant la fraîchisse de "Kléptouza" notre guides ont fait de préparatifs finals pour off road. A ciel avaient des petits nuages. Nous avons décidé de ne les pas remarquer. Nous sommes montés dans la jeep et nous avons pris sur une route escarpée et creusé à travers les Rhodopes vers le pied de sommet Sutka. De décrire et de photographier un off road est presque impossible. Le jeep passe à travers une percée qui est à peine visible entre un forêt vierge pour sortir sur une route tellement escarpée et creusée qui semble absolument infranchissable. Nous surmontons lentement en inclinant vertigineusement et en secouant incroyablement. On voit des herbes forestières, des fraises grosses et des champignons inconnus, mais très beaux.

Nous arrêtons jusqu'un bivouac forestier, pour verser d'eau et pour s'approvisionner avec yaourt domestique de Rhodopes. Derrière nous s'entendrent les premiers tonnerres avec lesquels la montagne nous salue pour bien venus. Nous dépêchons de monter jusqu'à la contrée Fournité pour faire un bivouac avant la pluie. Heureusement il fait du vent fort de Grèce et le vent tient l'orage collé sur les cimes en face. Nous ne pouvions pas d'admirer le panorama promis vers Rila, mais nous admirions les éclaires éclatantes qui ont déchiré la nuit.

Nous sommes réveillés tôt et tandis que les guides ont préparé le café odorant et le déjeuner nous avons promené aux alentours. L'abondance de fraises grosses a surpris tout le monde. Il faisait encore du vent et nous entendions le grondement des tonnerres. Après le petit déjeuner nos avons monté sur nos vélos et après une escalade escarpé nous avons posé le pied sur une clairière somptueuse de sommet Sutka. Il ne faisait pas du soleil, mais l'arôme sucré du thym remplissait l'air. Sur une percée escarpée et creusée nous sommes descendus vers la contée Port Artur. Quelques fois nous nous sommes perdus et trouvés dans la forêt, mais nous n'avons pas mis les gros bolets. Les fraises étaient partout. A midi nous étions à barrage Goliam Beglik, où nous attendions une tente remplié et un gril. Certains ont commencé de déjeuner mais las autres ont commencé à pêcher. Nous ne voulions pas de se séparer avec le barrage qui était clair comme un lac montagneux, mais on avait encore aventure. Nous avons continué avec les vélos vers le village Sarnitca. Nous n'avons pas refusé la pêche par ce que nous voyions la truite dans la rivière. Ca nous retardait beaucoup et quand entre les arbres nous avons vu le village et une petite pièce de barrage, sur nos têtes déjà il pleuvait crachin. Nous sommes arrivés au village quand le soleil était couché. Nous étions mouillés, boueux et affamés. Mais nous avions de champignons et de truite. Heureusement nous avions de réservations dans un hôtel avec barbecue fermé. Il n'y a pas quelque chose plus délicieux comme un dîner près de feu après une baignoire chaude.

Le matin était brouillard, pluvieux et maussade. Nous manquions la promenade environ le barrage, mais nous mangions notre petit-déjeuner avec un café odorant. Quand le brouillard a disparu et la pluie a arrête, nous sommes montés sur les vélos et nous avons commencé une escalade difficile sur la route rocheuse et creusé vers Randja. Nous avons continué à travers Beslete vers Tchifté tchark et après une escalade aliénée et vues étourdies vers la vallée de la rivière Kanina, nous étions rémunéré avec la vue vers le village Kovatchevitca. On doit voir sa. Nous sommes montés les vélos dans le jeep et sur la route contraire nous sommes arrivés jusqu'au Béslet d'où nous avons détourné pour voir le phénomène rocheux Koziata skala (La roche de la Chèvre). Sur la carte nous avons aimé bien une contrée avec le nom bizarre Groba (L'Étrange) et nous avons commencé la recherche de la route vers elle. Deux fois nous avons confondu la route nous avons poussé le jeep et enfin nous avons renoncé. On devait dormir dans les tentes aux environs de la rivière, mais la rafale nous a parvenu et nous avons fui dans l'auberge village Sarnitca. Nous sommes allés dormir avec l'espérance que la pluie arrêtera.

Mais l'orage n'est arrêté pas. Il a déchaîné toute la nuit et à matin il a continué. L'idée de pêche et de plage près de barrage n'était pas bonne et nous avons décidé de se retirer vers Vélingrad. Nous avons préparé nos bagages et nous avons parti à travers la pluie vers la ville. Pour être intéressant, nous avons décidé, malgré le torrent de passer sur la route noire de Karatépé vers Goliam Beglik avec l'espérance pour pêche. Nous étions surpris quand à la montagne il ne faisait pas de la pluie. On était doucement et il faisait du soleil. La route forestière a monté abruptement la cime à travers une forêt d'ombre qui était parsemé avec coulemelles. Un peu devant la cime nous avons retrouvé un bivouac forestier qui était plein d'enfants blonds, qui nous ont orienté sur quelle route nous devons continuer. Nous sommes descendus à travers beaucoup de prairies parsemées de fraises et de champignons, vers la vallée de la rivière Ribna (Poissonneuse). La rivière vraiment était poissonneuse. On pouvait voir la truite, mais malgré qu'elle ne voyait pas nous. Nous avons renoncé et nous avons continué sur la vallée jusqu'au barrage où il faisait de la pluie. Après une dispute emportée, nous avons décidé de rentrer à Vélingrad. En faisant du vélo sur les routes noires, nous avons passé près de barrage Tochkov chark. Un peu après nous avons quitté la route asphalte, la pluie a arrêté et le soleil a levé. Nous sommes montés sur les vélos et nous avons continué sur la vallée de la rivière. La pêche dans le barrage Tochkov tchark est interdite, mais la rivière est très belle. Nous n'avons pas manqué les grosses fraises forestières. Il était tellement bien que nous avons voulu de dormir aux tentes. En retournant sur l'asphalte on s'est adhéré que l'averse n'était pas arrêté. Le temps était sombre. Le torrent était tellement fort que nous ne voyions presque rien. On téléphonait de Vélingrad que la route de Sarnitca est interrompue et une partie de la ville est évacuée. Nous venions d'une autre route et on n'était pas tellement terrible. Aux environs du barrage Batak dans la villégiature Tchitola tcharchaf ne faisait même pas du pluie et nous nous sommes arrêtés de boire du café en regardant le barrage gris sous le ciel sombre qui s'est versé sur nous et immédiatement nous devons retourner dans le jeep.

Nous descendions vers Vélingrad en percent de route à travers l'averse. Les phares ne pouvaient pas de percer le mur d'eau. Sur la route une rivière a coulé. Il y avait beaucoup d'autos. En haut?!? Vélingrad a commencé de nous sembler comme un sauvetage vers la civilisation, la lumière et l'eau chaude. Presque entrés à Vèlingrad, nous avons retrouvé beaucoup de bus et d'autos qui étaient arrêtés. Mais nous étions avec une jeep, passé à travers les forêts épais et les routes escarpés forestière. Devant nous il y avait seulement d'asphalte et beaucoup d'eau. Nous avons contourné courageusement les autos et nous avons entré dans les flots d'eau. L'eau majorait très vite. Une vague a submergé le moteur et à peine il n'a éteint pas. Nous avons retourné vite en arrière. Des sirènes hurlaient. Nous ne voulions pas de se refuser. Nous avons pris sur l'autre route avec l'esperiance devancé. La rivière a jeté le pont et pour quelques minutes nous serions à piège. Une voiture policière nous a arrêté et nous renvoyé. Contre nous venait des machines constructives. Sous le cri des sirènes nous avons décidé de se retourner quelque part en haut. En percent de route à travers l'eau, nous sommes arrivés jusqu'au camping "Bor" au-dessus le village Rakitovo. Heureusement il y avait des places libres. Dans le bungalow chaud après une douche et devant la table, les choses ne semblent pas tellement tragiques. La pluie et les foudres étaient déjà seulement un décor.

< Précédent
Tentations...
Une truite à chacun
venez avec nous au Rila…
Un lac cashé
aimez-vous les secrets…
Une caverne à deux étages

un miracle naturel…

   
Tel. +359 2 9 835 635
Accueil
Accueil IRI Outdoor Prépositions Nouvelles Galerie Paquets Contacts